L'Écrivain d'odeurs - Jean-Claude Ellena

Conférence olfactive de Jean-Claude Ellena
Le 25 janvier 2018 au Musée du Parfum Fragonard
  • 1708-Contrepoint-Mockup-02

En ce début d’année, venez affiner votre nez et déployer vos connaissances culturelles en écoutant Jean-Claude Ellena.

 

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre L’Écrivain d’odeurs, parut le 5 octobre 2017, Jean-Claude Ellena, né à Grasse d’un père parfumeur, revient sur sa carrière de nez et son rapport aux odeurs. En quête de liberté, d’exigence et de mesure, Jean-Claude Ellena n’a jamais cessé de formuler et reformuler cette question centrale : que signifie “être parfumeur” ?
La conférence sera suivie de la signature de son livre « L’Écrivain d’odeurs », Le Contrepoint, Coll. Nez littérature, 17 €, que vous pourrez vous procurer sur place (paiements espèces ou chèques).

 

Informations pratiques :

La Maison Fragonard organisent, un jeudi par mois, une conférence sur le monde du parfum pour les amateurs, passionnés et curieux qui souhaitent le découvrir autour de thématiques diverses.

En partenariat avec Auparfum et Nez, la revue olfactive.

Réservation uniquement en ligne :

https://www.fragonard.com/fr/atelier#regdl=jean-claude-ellena-l-ecrivain-d-odeurs

Prix : 15 €

Conférence de 18 h 30 à 20 h

Musée du Parfum Fragonard

3-5 square de l’Opéra Louis Jouvet

75009 PARIS

Métro Opéra et Madeleine / RER Auber

Nez - La revue olfactive

Société | science | art | culture | parfum
  • NEZ#04_couv
  • FR_NEZ#04_carotte
  • FR_NEZ#04_drogues
  • FR_NEZ#04_flashback
  • FR_NEZ#04_contrefaçon
  • FR_NEZ#04_icônes
  • FR_NEZ#04_lignée_chanel
  • FR_NEZ#04_menardo
  • FR_NEZ#04_portfolio_olfactif2
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9

Nez #4 – Le parfum et l’art

Le quatrième numéro de Nez poursuit son exploration olfactive, et nous emmène encore plus loin au delà des frontières, des conventions et des idées reçues sur notre odorat.

En ouverture, les Icônes de l’olfaction, d’Andy Wharol au chimiste George de Laire, de la philosophe Chantal Jaquet au chercheur David Edwards.

Le Nez des designers dévoile les secrets olfactifs de cette profession.

Dans notre cahier Odorama, vous apprendrez comment l’on perçoit les odeurs lorsqu’on est aveugle, l’épopée des ionones, ces molécules à l’odeur de violette, et vous plongerez – de manière tout à fait légale – dans les odeurs des drogues, qu’elles soient douces ou dures.

Au fil des Correspondances, vous pourrez lire une lettre ouverte d’un jeune parfumeur à ses aînés, partir à la découverte de l’univers olfactif de Sarah Bernhardt, faire une virée à Amsterdam le temps d’un portfolio odorant et urbain, contempler les photographies de Roberto Greco, comprendre quels sont les liens entre la bouche et le nez d’Olivier Roellinger, et découvrir un tableau de Fantin-Latour en odeurs.

Dans la partie magazine, Annick Menardo, la créatrice de Bois d’Argent, Lolita Lempicka ou Hypnotic Poison, nous livre sa vision du métier de parfumeur et son regard sur l’industrie.

L’oud, dont tout le monde parle sans savoir vraiment de quoi il s’agit, est l’objet d’un reportage photo, de sa plantation au flacon.

Une escapade à New-York nous embarque faire le tour des parfumeries et lieux du parfum.

Un flash-back olfactif nous replonge dans les années 70 , tandis que la boutique imaginaire conseille d’illustres personnalités de cette décennie.

Un grand dossier porte sur les liens intimes et complexes que le parfum entretien avec l‘art en tentant de répondre aux questions : la parfumerie est-elle un art ? Le parfumeur un artiste ? Le parfum une œuvre de l’esprit ? Comment l’odorat et le parfum sont-ils utilisés dans l’art aujourd’hui ? Analyses et points de vue sous les angles juridique, esthétique, historique, industriel…

Le Cahier Parfums aide à mieux comprendre une industrie en pleine transformation, avec le portrait de la marque indépendante venue d’Oman, Amouage, une enquête au coeur de la contrefaçon, et l’arbre généalogique du plus célèbre parfum, Chanel N°5.

Un Cahier critique passe au crible, parmi tous les (très nombreux) lancements, une sélection de 30 parfums, ainsi qu’une poignée de produits parfumés pour le corps et la maison, qui ont retenu notre attention dans les dernières sorties.

Enfin, un agenda recense les événements olfactifs à ne pas louper : livres, expositions ou autres événements (de plus en plus nombreux) relatifs à l’odorat ou au parfum.

Nez littérature

Lancement jeudi 28 septembre à 19h à la Librairie Artcurial, 7 Rond-Point des Champs-Élysées, Paris 8e
  • 1708-Contrepoint-Mockup-02

« Il ne s’agissait pas de faire un parfum « blockbuster » en assemblant les points communs de ce que le marché produit, il s’agissait de faire différemment, d’être unique, sans pour autant choquer, qui est une facilité de paresseux ».
En quête de liberté, d’exigence et de mesure, Jean-Claude Ellena, parfumeur de la prestigieuse maison Hermès, n’a jamais cessé de formuler et reformuler cette question centrale : que signifie “être parfumeur” ?
Alors que le marché explose et la concurrence s’accroît, composer un parfum devient en quelques décennies un acte banal de production, soumettant le parfumeur à abandonner progressivement sa créativité. Jean-Claude Ellena a consacré sa vie à ouvrir des voies, remettre en question des certitudes, découvrir et dialoguer avec le monde pour tenter de trouver ses réponses : est-il écrivain d’odeur ? Peintre olfactif ? Créateur d’émotions ? Artiste sensoriel ? Les lumières qu’il nous offre sur ses 40 ans de carrière sans précédent se réfléchissent sur les facettes multiples et méconnues d’une profession devenue trop souvent prisonnière du marketing. Ce témoignage inédit est un voyage, une découverte, autant que la définition, simple et sensible, de ce que pourrait être “un grand artiste”.

Jean-Claude Ellena

Cumulant les succès dans le répertoire grand public comme dans la niche, le créateur pose son empreinte sur le paysage de la parfumerie française depuis près de cinquante ans. Une empreinte olfactive d’abord, reconnaissable entre toutes, subtil mélange d’épure et de simplicité. Mais le style Ellena, c’est aussi une conception singulière du métier de parfumeur, qu’il a concrétisée lorsqu’il s’est installé chez Hermès, en 2004. Devenu en janvier conseiller artistique auprès de la direction parfums, il partage aujourd’hui son temps entre sa maison de Cabris, sur les hauteurs de sa Grasse natale, et Paris.

Palmarès

Palmarès Culture G
  • 1612-Atelier-Mockup-151
  • 1612-Atelier-Mockup-134
  • 1612-Atelier-Mockup-135
  • 1612-Atelier-Mockup-136
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Des 30 portraits illustrés que vous lirez ici – salopards de tous poils,
tortionnaires, bandits, mafieux, fuyards ou évadés – il n’en est pas
un dont on pourrait benoîtement se dire qu’il a bien mérité ce qui
lui arrive. Pourquoi ? Parce qu’ils ont tous échappé aux conséquences
de leurs actes. C’est à travers leurs parcours et au fil d’histoires improbables, révoltantes ou comiques, que les auteurs se proposent de malmener la notion du Bien et du Mal.
Si l’Enfer est pavé de bonnes intentions, il n’est pas à écarter que le Paradis le soit de mauvaises.

Fabrice Colin

Écrivain français d’abord reconnu en littératures de l’imaginaire, fantasy et science-fiction, puis pour le polar (Sonatine) et la littérature générale (Flammarion, Actes Sud,
Inculte, etc.).
Il est l’auteur de nombreux romans (adulte et jeunesse), nouvelles et scénarios de BD, ainsi que de dramatiques radiophoniques pour Radio France. Depuis avril 2014, il est également directeur éditorial des éditions Super 8.

Xavier Mauméjean

Professeur de philosophie et écrivain français spécialisé dans la science-fiction, le fantastique et le roman policier. Diplômé en philosophie et sciences des religions, il est également membre du Collège de Pataphysique. Il est l’auteur de plusieurs dramatiques radio policières pour France Culture (grand prix de la radio SACD en 2014).

 

Stéphane Trapier

On peut voir ses illustrations dans la presse (Télérama, Le 1 Hebdo, XXI, Le Monde…) et dans Fluide Glacial, où il dessine également la série « Giscard et ses amis ».
Depuis plus de 10 ans il collabore avec le Théâtre du Rond-Point, dont il réalise toutes les affiches.
En 2014 il a publié « Tarzan contre la vie chère » aux Éditions Matière.

Hors collection

  • _MG_9919
  • _MG_9915
  • 111_PARFUMS_double-pages_plat
  • 111_PARFUMS_double-pages_plat1
  • 111_PARFUMS_double-pages_plat2
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Loin d’être une simple liste, cet ouvrage de référence propose une véritable Histoire des parfums, à travers 130 ans de créations. Jeanne Doré et son équipe — tous issus du mouvement culturel olfactif initié par le site Auparfum et Nez, la revue olfactive — ont voulu mettre en lumière les 111 parfums qui comptent, qu’ils soient chefs de file, célébrés ou méconnus, best-sellers ou disparus.
De Jicky (1889) à Tabac tabou (2015), cette sélection aussi subjective que passionnée est classée en 7 périodes marquant les grandes transformations de l’industrie. Les textes, sensibles, curieux et didactiques, s’adressent aux experts comme aux profanes, aux jeunes amateurs comme aux grands connaisseurs.
Les cent onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir contribue indiscutablement à l’émergence — tant attendue — d’une culture olfactive exigeante et accessible, indispensable pour mieux sentir et ressentir le monde qui nous entoure.

 

Et le sommaire :

1880 – 1939 : L’âge d’or de la parfumerie moderne
L’apparition de la synthèse chimique dans les formules des parfumeurs bouleverse leur manière de travailler. Les créations sont alors plus abstraites et artistiques, et parmi elles demeurent des grands chefs d’œuvre comme Jicky, Tabac blond, N°5, Joy…

1940 – 1969 : Des couturiers aux hippies
Entre l’essor des couturiers parfumeurs à partir des années 40 et la vague de fraicheur à la fin des années 60, cette période riche en évolution voit naître de grands succès tels que Femme, Miss Dior, L’Air du temps, Eau sauvage…

1970 – 1979 : Un vent de liberté
La publicité prend plus de place et les parfums de marques de prêt-à-porter font leur apparition. N°19, Rive gauche, Opium, Mûre et Musc, Eau d’orange verte illustrent la diversité olfactive de cette décennie.

1980 – 1989 : Le règne du marketing
Les compositions se font plus puissantes et exubérantes, jouant sur la transgression et l’opulence, à l’image de Poison, Loulou ou Obsession, tandis que la masculinité s’affirme, à l’instar de Kouros ou Bel ami.

1990 – 1999 : Une parfumerie de fin de siècle
Le marché de la parfumerie s’internationalise, de nouvelles tendances olfactives s’imposent, entre fraîcheur purifiante et douceur régressive. L’Eau d’Issey, Angel, Trésor, Le Mâle incarnent la dernière décennie du XXe siècle.

2000 – 2009 : L’éveil de la niche
Alors que les lancements se multiplient, émerge une nouvelle parfumerie indépendante et innovante appelée « la niche ». Flower by Kenzo, For Her, Bois d’argent, Carnal Flower ou encore Terre d’Hermès ont marqué cette période.

2010 – aujourd’hui : Mutations en marche
Tandis que la niche poursuit son essor et intéresse les grands groupes du luxe, les parfums deviennent plus calibrés, stéréotypés, mais de belles créations tirent leur épingle du jeu : Portrait of a Lady, La Panthère, Misia, Cuir d’ange…

 

Pour chaque parfum présenté, retrouvez :
son créateur, sa date de sortie, les différents formats disponibles, et celui considéré pour la rédaction du texte, une mini-lignée mentionnant un ancêtre et un descendant de ce parfum, les personnalités qui l’ont porté, les films dans lesquels il apparaît, les distinctions qu’il a remportées.

 

En annexe :
Les mots clés et un lexique pour bien comprendre le vocabulaire de la parfumerie
Les lieux du parfum : musées, l’Osmothèque
Les sites et les blogs du parfum
Un index par marques et par parfumeurs

JEANNE DORÉ
Cofondatrice du site Auparfum en 2007 et de la revue Nez en 2016, elle a contribué à démocratiser la critique de parfum et a su s’imposer comme une figure incontournable de la culture olfactive.

YOHAN CERVI
Rédacteur pour Auparfum et Nez, il est spécialiste de l’histoire de la parfumerie du XXe siècle, et anime des ateliers olfactifs sur le sujet. Il est cofondateur du laboratoire indépendant de création Maelstrom.

ALEXIS TOUBLANC
Formé au métier de parfumeur à l’Isipca, il écrit pour Nez et, depuis 2010, pour Auparfum. Il est membre fondateur du premier prix du parfum indépendant en France, l’Olfactorama.